La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Le fonctionnement de l’assurance vie :

 

L’assurance vie est un outil servant à se constituer un capital très important au fil des ans, permettant au cours de la vie et/ou au moment de la retraite d’effectuer des rachats partiels et/ou rachats partiels programmés (identiques à une rente) avec une fiscalité avantageuse et en parallèle de transmettre des liquidités exonérées à hauteur de 152 500 € par bénéficiaire du contrat (pour les sommes versées avant 70 ans)

 

Rente :

Exemple :

Au fil des ans, mon épargne (intérêts compris) sur mon assurance vie atteint la somme d’environ 600 000 €

 

Hypothèse :

Cette épargne est investie sur des fonds prudents qui m’offrent un rendement de 4% net de frais de gestion.

Soit 24 000 € d’intérêts par an.

Sans jamais toucher à mon capital, je peux bénéficier d’une rente mensuelle de 2 000 €

 

 

Abondement :

 

-       Versement libre : vous versez une somme d’argent afin de la faire fructifier avec possibilité d’abonder quand bon vous semble.

 

-       Versement programmé : vous versez une somme d’argent chaque mois (mini 100 euros) afin de constituer un capital au fil des ans en ayant la possibilité de modifier les versements.

 

 

Elle fonctionne comme un compte épargne et n’est pas bloquée, on peut ainsi récupérer tout ou partie de la somme placée à tout moment, en s’acquittant des impôts et taxes en fonction de la date (voir ci dessous).

 

 

Dans tous les cas, il s'agit d'une formule d'épargne souple et sans contrainte : liberté de moduler les versements, de les suspendre, de les reprendre…

 

Fiscalité : (en cours à ce jour)

 

Les impôts ne concernent que les plus values générées, soit les intérêts de l’assurance vie et non pas le capital et n’intervient qu’en cas de retrait d’une somme d’argent de votre compte assurance vie.

-       Impôt sur la plus value : prélevé en cas de retrait

-       Prélèvements sociaux : prélevés tous les ans à la source

  

La loi fiscale sur l’assurance vie s’étale sur 8 ans et se décompose comme suit :

 

-       J’effectue un rachat partiel entre 0 à 4 ans: la fiscalité sur les intérêts engrangés sera de 35% d’impôts + 15,5% de prélèvements sociaux (CSG/CRDS) au prorata de l’année sur les UC.

-       J’effectue un rachat partiel entre 4 à 8 ans: la fiscalité sur les intérêts engrangés sera de 15% d’impôts + 15,5% de prélèvements sociaux (CSG/CRDS) au prorata de l’année sur les UC.

-       J’effectue un rachat partiel après 8 ans: la fiscalité sur les intérêts engrangés sera 7,5% d'impôts après abattement de 9.200€ pour un couple ou 4.600€ pour une personne seule + 15,5% de prélèvements sociaux (CSG/CRDS) au prorata de l’année sur les UC.

 

 

Rachat partiel :

Lors de rachat/retrait partiel, les compagnies d’assurance avec qui nous travaillons considèrent que vous « rachetez » du capital et des intérêts, la répartition classique est :

-       90% de capital

-       10% d’intérêts.

Exemple :

Rachat de 10 000 € sur mon contrat: Soit : 9 000 € de capital et 1 000 € d’intérêts.

-       De 0 à 4 ans: 1 000 € x 35% : soit 350 € sur les 10 000 €

-       De 4 à 8 ans: 1 000 € x 15%: soit 150 € sur les 10 000 €

-       Au delà de 8 ans: 1 000 € x 7,5%: 0 euros sur les 10 000 € (du fait de l’abattement)

 

Les prélèvements sociaux sont en fonction des supports sur lesquels les fonds sont rachetés.

 

 

Points forts de l’assurance vie :

 

-       Rendement très attractif

-       Constitution d’un capital sans limite

-       Peut être récupéré à tout moment comme un compte épargne classique

-       Insaisissabilité : le fait d’avoir un bénéficiaire empêche quiconque de saisir ce placement (Hormis l’administration fiscale depuis 2013 en cas de fraude)

-       Peut servir de nantissement et/ou de caution dans le cadre d’un prêt bancaire ou autre

-       Transmission hors droits de succession à hauteur de 152 500 euros de capital pour chaque bénéficiaire du contrat pour tous les versements effectués avant 70 ans. (Limité à 30 500 € pour l’ensemble des bénéficiaires pour les versements effectués après 70 ans)

 

 Points faibles de l’assurance vie :

 

 

-       Risque de perte en capital sur les fonds en UC, mais des cliquets existent pour en limiter l’impact

-       Délai d’environ 8 à 10 jours pour récupérer les fonds lors d’un rachat partiel ou total

 

 

Rendement :

Vous choisissez vous même les supports d’investissement que vous souhaitez, plusieurs vous sont proposés :

 

-       Sécurité : 100 % sur un fond en euros. Placement sécurisé et garanti rapportant environ 2,5% en 2015. (Livret A 0,75%)

 

-       Prudent : 75% sur un fond en euros garanti et 25% en UC (unité de compte) rapportant environ 4 % en 2015

 

-       Mixte : 50% sur un fond en euros garanti et 50% en UC (unité de compte).

 

-       Dynamique : 25% sur un fond en euros garanti et 75% en UC (unité de compte).

 

-       Très dynamique : 100% en UC (unité de compte).

 

 

 

Comparatif :

 

Hypothèse entre un placement bancaire classique de type Livret A ou similaire et une assurance vie prudente:

-       Rendement du Livret A ou similaire : 0,75%

-       Rendement Assurance vie Prudente : 3%

-       Base de départ de placement 20 000 € en 2016

  

Années

Livret A ou similaire

Assurance vie prudente

2017

20 150 €

20 300 €

2018

20 301 €

20 909 €

2019

20 453 €

21 536 €

2020

20 606 €

22 182 €

Total intérêt sur 5 ans

606 €

2 182 €

 Les rendements passés, même s’ils donnent une indication, ne présagent en rien des rendements futurs.

 Ce tableau ne sert que d’hypothèse de calcul, les chiffres sont liés aux fluctuations des taux du livret A ou similaire et des fonds des assurances vie, les rendements peuvent être différents que ceux présents dans ce tableau.

 

 

Principe d’un contrat avec Stop Loss :

 

Aucune garantie de rendement et risque de perte en capital (sauf en cas d’investissement sur le fonds euros), le but est de placer l’épargne sur les marchés financiers et d’essayer d’obtenir le plus de rendement possible.

On investit sur des fonds dits « dynamiques » et donc à risque tout en préservant partiellement votre épargne par le biais de Stop Loss.

Le Stop Loss est un dispositif qui permet d’arbitrer automatiquement votre épargne en plaçant un curseur au niveau de baisse que vous êtes prêt à accepter.

En général, il est calé à – 8%, à ce moment la il se déclenche et bascule votre épargne sur le fonds euros.

 Exemple basé sur la crise financière de 2008 :

Je place 10 000 € en 2003 (hors frais d’entrée et totalement en UC)

-       2004 : Bourse + 7,4 % : soit mon épargne 10 740 €

-       2005 : Bourse + 23,4 % : soit mon épargne 13 250 €

-       2006 : Bourse + 17,6 % : soit mon épargne 15 570 €

-       2007 : Bourse + 1,5 % : soit mon épargne 15 800 €

-       2008 : Bourse – 42,8 % : soit mon épargne 14 536 € grâce à mon cliquet à -8%.

 

Sans mon cliquet : mon épargne aurait été de 9 030 €

 

 

Malgré la crise financière et les différentes fluctuations, mon épargne a été protégée, elle a fructifié et grâce à mon cliquet je n’ai pas perdu de mon capital.

 Mise à jour au 21/09/2017