La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Lundi 27 juin 2016 : BREXIT, quel impact ?

Le vendredi 24 juin 2016 restera comme une date historique pour le Royaume Uni et l’Union Européenne.

Avec ce référendum, s’il est appliqué, un des pays moteurs de l’Union Européenne a « claqué » la porte de l’Europe.

Les investisseurs, et à travers eux les marchés financiers ont été sérieusement ébranlés par ce résultat, conduisant les bourses mondiales à réagir ou à sur réagir.
Les marchés pensaient comme acquis un résultat positif à ce referendum mais l’inversion de la prévision a mis l’ensemble des acteurs en position défensive.
 

Si l’on prend le chiffre du CAC 40 à vendredi soir, l’on constate une baisse de 8% des actions, essentiellement sur le secteur bancaire, devises et automobile.

Les réactions de soutien des différentes banques centrales ont permis de rassurer un peu les marchés et semblent donner l’envie d’une stabilisation, certes précaires, des marchés
 
Parallèlement, il est important de garder à l’esprit que le processus qui s’engage va être très long et très compliqué.

Le Royaume Uni est acteur économique important et nul doute que des accords seront trouvés entre les différents pays afin de continuer leur collaboration, tout comme la Suisse à des accords de partenariats avec l’Union Européenne.

 

Quels sont les impacts sur les actifs financiers que vous possédez ?

Il faut différencier les différents types d’épargne :
  • L’épargne bancaire
  • L’épargne assurance
Pour les personnes qui détiennent des PEA bancaires, l’impact est le plus fort car ils sont directement investis sur des titres vifs (Société Générale, BNP, Total, L’Oréal,…)
 

Pour les personnes détenant des PEA Assurances, des assurance vie (bancaires ou assurances), l’impact est modéré car ils sont investis sur des fonds de placement comportant plusieurs lignes par fonds. En Moyenne 75 lignes de titres.

 

Pour les personnes détenant des fonds euros, livret A, LDD, SCPI,… L’impact est limité voir nul, car moins exposé aux marchés financiers.

  

Faut ‘il s’inquiéter ou sortir des marchés financiers ?

 

Il ne faut pas céder à la « panique », certes la baisse de 8% de vendredi est une secousse importante, mais elle tient plus de positions spéculatives faites durant les deux semaines avant le referendum qui se sont avérés mauvaises du fait du résultat.

Il est à noter que du lundi au jeudi soir, la bourse de Paris avait « gagné » près de 6,5%.
 

En tant que conseiller, je pense que sortir des marchés financiers serait une erreur importante pour deux raisons :

  • Entérinement de la perte éventuelle
  • Perte de l’opportunité de rebond
Il existe des alternatives différentes pour certains contrats comme des stop loss qui permettent de protéger l’épargne avec un curseur placé à -8% limitant de ce fait les baisses sans compromettre les rebonds et hausses possible.
Tout arbitrage entérine la perte éventuelle.
 

Nous nous attendons à un regain de volatilité sur les marchés et de ce fait, surveillons heure par heure l’évolution des marchés, des déclarations politiques, mais aussi les avis et constations de nos différents partenaires financiers afin d’avoir le maximum d’information possible et ne manquerons pas de vous en faire part.

Chaque cas est particulier et je me tiens à votre disposition pour toute information et/ou question que vous pourriez avoir.